Ordre Souverain du Prince d’Araucanie

Le Secrétariat Privé du Chef de la Maison Royale d’Araucanie et de Patagonie a publié une note, datée du 30 Mai, diffusée par le Service de communication du Royaume.

“M. de La Garde a institué par bref l’Ordre Souverain du Prince d’Araucanie, qui sera nommé identiquement Ordre du Prince Philippe d’Araucanie, afin d’honorer une fois pour toutes la mémoire de l’illustre défunt et son oeuvre fondatrice à la suite des rois.”

“Cet Ordre sera décerné, de façon rare, à des personnalités du Royaume et à des personnalités extérieures, qui auront oeuvré longuement et d’une manière éminente, aux missions du Royaume, ou en faveur des Peuples Indiens d’Amérique ou encore, des Peuples premiers ou dits Peuples originaires, dans le monde entier.”

Publicités

Les Ordres d’Araucanie et de Patagonie

Les Ordres et insignes du Royaume d’Araucanie et de Patagonie sont placés sous l’autorité de M. de La Garde, successeur du Prince Philippe d’Araucanie.

Depuis qu’il a recueilli légalement la succession vacante du Prince en 2014, impliquant sa succession directe à la tête de la Maison Royale, il assume la Grande-Maîtrise des Ordres du Royaume.

Parmi ces Ordres et insignes, les plus illustres et les plus anciens sont l’Ordre de l’Etoile du Sud et la Couronne d’acier.

L’actuel Chancelier du Royaume, le Comte de La Barre est en même temps le Chancelier des Ordres.

Leur fonctionnement, actualisé, certaines règles quant à leur attribution ont été refondées.

La Chèze, ancienne propriété du Prince d’Araucanie

Lieu historique entre tous, la propriété de La Chèze, à Chourgnac d’Ans, en Périgord. Située sur les terres de la famille de Tounens, cette propriété appartenait au Prince Philippe d’Araucanie.

IMG_0107

La propriété, et la chapelle de l’autre côté du chemin.

IMG_0099

La chapelle, surmontée des armoiries familiales des Boiry.

La plaque supérieure rappelle le Prince Philippe. Celle du milieu, sa seconde épouse, Elisabeth. La plaque inférieure rappelle le souvenir de la première épouse du Prince, Dominique.

Ces photos ont été prises par ©RoyaumeAraucaniePatagonie

Le Roi Orélie-Antoine

Il y a deux ans, le 19 Mai 2014, Royauté-News publiait un magnifique portrait du futur Orélie-Antoine d’Araucanie et de Patagonie, issu des collections de M. Esclafer de la Rode.

Il représente (lien au bas de l’article) Antoine de Tounens, avant son grand départ, déjà un brillant représentant de la capitale du Périgord dans laquelle il exerce la charge d’avoué à la Cour.

Roi

Consulter le lien vers le portrait d’Antoine de Tounens.

Visite privée du Chef de la Maison Royale en Périgord

Le service d’information du Royaume a indiqué que le Chef de la Maison Royale d’Araucanie et de Patagonie a effectué une visite privée en Périgord.

Il s’est rendu à Périgueux et dans plusieurs localités, pour y visiter des amis, avant de se rendre à La Chèze, à Chourgnac d’Ans, l’ancienne résidence du Prince Philippe d’Araucanie, puis sur la tombe d’Antoine de Tounens, puis à Tourtoirac où il a retrouvé des personnes de connaissance, avant d’achever son voyage à Hautefort.

hautefort-10

Institut des Hautes Etudes Araucaniennes

Nous rapportons quelques données relatives à l’Institut des Hautes Etudes Araucaniennes.

Cet organisme de recherche international est réservé aux chercheurs de haut niveau et s’ouvre à l’étude historique, géographique, culturelle et sociale, et à celle des sciences naturelles pour l’aire sud-américaine. Il est centré sur les questions Indiennes : Civilisations Mapuche, Inca, Aztèque, etc. et de tous les peuples Indiens.

Il va de soi qu’il est prioritairement axé sur les questions Indiennes relevant des espaces argentin et chilien et sur les questions liées à la colonisation et s’organise par sessions sur des thèmes prédéfinis.

L’Institut continue l’oeuvre de l’Académie des Hautes Etudes Araucaniennes du Prince, qui avait existé autrefois durant de longues années. Il a été créé par son successeur, M. de La Garde.

Le blason du Royaume d’Araucanie

Le blason du Royaume (Herald Dick)

Herald Dick

Ce blason, naguère utilisé par le Prince Philippe puisque, en son centre, se tient le blason aux trois étoiles, celui des armoiries familiales du Prince Philippe, a été retenu par le Chef de la Maison Royale comme second blason du Royaume d’Araucanie et de Patagonie et sera utilisé à l’égal du blason originel du Royaume, et il constitue une forme définitive instituée.

M. de La Garde, successeur légal du Prince Philippe à la tête du Royaume, avait décidé de ne pas poser en cœur l’un de ses blasons de famille, pour n’utiliser dans ses actes que le blason fondamental du Royaume.

Le dessin représenté ici appartient au site Herald Dick.

La Chèze, à Chourgnac en Périgord

5i2ed8h1ovjhh

(photo Hautefort notre patrimoine)

Cette demeure périgourdine, lieu essentiel du Royaume à Chourgnac d’Ans, a été aménagée et embellie par le Prince d’Araucanie. Il a agrandi les espaces habitables et a donné à l’ensemble l’allure d’une aimable gentilhommière.

M. de La Garde précise que ce n’était pas dans cette maison qu’Antoine de Tounens est né comme beaucoup l’ont cru. Les divers bâtiments, réservés à l’habitation ou à l’usage agricole, situés à La Chèze, constituaient la propriété des parents d’Antoine, légèrement plus étendue que la moyenne des propriétés paysannes de cette époque. La demeure, assez imposante reunissant le petit logis habité que l’on voit sur cette photo et les parties en forme de bâtisse situées à l’arrière, était le corps le plus imposant du petit domaine et pour cette raison il était désigné comme la maison familiale. A partir de là elle fut assimilée à la maison natale d’Antoine de Tounens.

L’historien Patrick de La Rode avait établi qu’Antoine de Tounens était né quelques dizaines de mètres dans une autre maison située elle aussi sur la  même propriété de la famille de Tounens. Il avait publié le résultat de ses recherches dans des revues culturelles périgourdines.

 

La Succession à la tête de la Monarchie d’Araucanie

Le 5 Janvier 2015, Le Chef de la Succession Araucanienne annonçait sa décision de créer une continuité au Royaume d’Araucanie et de Patagonie.

L’un des textes parus, celui du 23 Janvier 2015 informant en Dordogne cette évolution.

Communiqué de Monsieur de La Garde :

« Pour le premier anniversaire de la mort du défunt Prince Philippe, survenue le 5 Janvier 2014, Monsieur de la Garde fait savoir qu’il assure et assume désormais la continuité effective de la succession de la monarchie d’Araucanie et de Patagonie, celle du Royaume fondé par le périgourdin Antoine de Tounens. Il considère la formule dirigée par M. Parasiliti di Para (qui porte le nom d’Antoine IV) comme défaillante et dépourvue de continuité avec le Prince Philippe. Il insiste sur le fait que cette annonce ne constitue pas une scission, en effet, tout en ayant travaillé étroitement avec Antoine IV durant plusieurs mois, lui-même n’a jamais appartenu en aucune façon au Royaume. Mais il a constaté l’absence de volonté de M. Parasiliti di Para de mettre en place les modifications indispensables qui, malgré la faiblesse sur laquelle il reposait depuis le 9 janvier 2014, auraient permis au Royaume d’exercer d’une manière crédible. Ayant examiné en profondeur, à partir de Septembre, le processus d’une élection qu’il considérait jusqu’alors insuffisante, et en raison d’autres défaillances de l’équipe installée, Monsieur de La Garde a jugé que celle-ci ne pouvait satisfaire aux exigences attendues d’une succession. Il a résolu en conséquence de permettre tous les moyens d’une continuité authentique. Pour cela, il annonce publiquement, en ce début d’année, qu’il assure désormais la continuité et la permanence de la monarchie Araucanienne dans le respect des valeurs qui ont façonné le Royaume et dans l’esprit du Prince Philippe. Il a ainsi décidé, au cours du dernier trimestre, des moyens de cette continuité. Elle sera conduite dans le désir d’entretenir des relations fructueuses avec les autres émanations du Royaume d’Araucanie et d’œuvrer au retour de M. Parasiliti di Para ».

M. de La Garde s’exprimera ultérieurement pour présenter pratiquement cette continuité.

Capture du 2016-05-04 17:18:22

On peut consulter ce texte sur le blog de la journaliste, correspondante pour la région concernée de la Dordogne Libre.